Hanoi Lille en moto

/////Escale indonesienne//////////

Publié par consthom
17:02, 31/03/2011 .. 3 commentaires .. Lien

Accueillis comme  il se doit par Guillemette ...   ...   ...

 

l'australie est deja loin.

 

 Full.

 

Brahma, le dieu createur. Prambanan temple.

 

Prambanan. temple hindouiste javanais.

 

 

Bouddha a Borobudur.

 

 

 

Borobudur, temple bouddhiste. Java.

 

Volcan Merapi, Java.

 

...   ...   ...

 

Kuta Lombok

 

Bientot, ceintures obligatoires dans les bus scolaires.

 

 

La classe indonesienne.

 

Passage du col sous le volcan Rinjani.

 

 

Rinjani, Lombok.

 

 

Gui nous rejoind a Bali pour le passage de sa troisieme etoile...

 

Ascension du mont Batur, depart a 3h30...

 

Redescente a 8h30.

 

 

Ceremonie pour le passage de la saison humide a la saison seche.

 

Au nord de Ubud, Bali.

 

Visite de la Green School: http://www.greenschool.org/

 

 

 

 

 

Derniere journee a Temple Lodge, avant de revenir en France ce samedi.

A TRES VITE...

 

 



/////Wildlife//////////

Publié par consthom
08:34, 28/02/2011 .. 3 commentaires .. Lien

 TIDBINBILLA RESERVE.

Koala vivant...

 

 

Stuffed platypus.

 

 

 

 

"THE wildlife"

 

Kangaroos field.

 

 

 

sorry, encore une photo politiquement incorrecte...

 

 

 

SYDNEY AQUARIUM.

 

 

Dugong la joie.

 

The famous one...

 

 

 

 

 

 

 

 

 



/////Retour vers la civilisation//////////

Publié par consthom
06:17, 19/02/2011 .. 5 commentaires .. Lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En attendant la suite...

Plus que 15 jours !



Perth-Adelaide.

Publié par consthom
08:06, 1/02/2011 .. 2 commentaires .. Lien

Quelques nouvelles de la route.

Apres avoir laisse Juliette et Thomas qui ont pris leur avion a Perth, nous avons traverse tout le sud du pays pour arriver en 5 jours a Adelaide.

Tout se passe bien.

 


 



/////Broome-Perth á 4//////////

Publié par consthom
11:56, 24/01/2011 .. Publié dans Outback .. 3 commentaires .. Lien
Je profite de mon réveil matinal pour écrire quelques lignes brèves. Les autres dorment encore alors je m’installe dans le canapé de notre hôtel backpacker aux odeurs douteuses pour vous narrer nos dernières aventures et notre retour à la civilisation.
Tout d’abord, tout va bien pour nous puisqu’il semble que nous ayons fait les bons choix quant à notre itinéraire. Les inondations sont loin de nous. Seul inconvénient à tout ça: tous les voyageurs se sont refugies à Perth et les hôtels ‘petit budget’ de la capitale du Western Australia affichent complet! D’où le non-choix de notre demeure pour ce dernier week-end urbain en compagnie de Juliette et Thomas.
On aura fait de notre mieux pour concocter un séjour atypique à nos invités avec au programme: pèche aux requins, snorkeling le long de la petite barrière de corail, camping dans l’outback, réveil avec les kangourous, plages paradisiaques, surf… Le tout sous quelques 45degres à notre départ de Broome! Pas sûr que ces vacances aient été de tout repos! Enfin nous voilà revenu à des températures estivales confortables, on met la petite sœur et le beauf’ entiers et bronzés dans l’avion demain mais d’ici-là, shopping et bain de foule dans les rues piétonnes de Perth. Thomas et moi reprendrons la route jeudi matin après l’Independence Day (26/01) pour rejoindre Adélaïde, puis Melbourne et enfin Sydney. Un peu plus d’un mois nous sépare du départ vers l’Indonésie ou nous rejoignons Guillemette pour une vingtaine de jours. Retour prévu le 1er avril et ce n’est pas une blague!
A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



/////Broome_isateur...//////////

Publié par consthom
07:50, 12/11/2010 .. 7 commentaires .. Lien
‘‘Ah! Quand même!’’ vous vous dites tous… ‘‘Enfin des nouvelles (officielles)!’’, oui, parce que finalement, des officieuses, vous en avez tous plus ou moins eu et vous savez donc que tout va bien!!
Apres un passage éclair a Darwin dans le Top North, nous avons, faute d’argent, décidé de s’arrêter a Broome (Western Australia) pour travailler un moment. Le coin nous a paru plutôt sympa pour se poser (vous en jugerez par vous-même avec les photos). Voilà donc un mois et demi que nous transpirons sous nos magnifiques uniformes au Sunset Bar du Cable Beach Club Resort. Les températures oscillent entre 35 et 40 degrés et le taux d’humidité descend rarement en dessous des 60%. Il parait qu’on s’habitue.
Nous faisons dans l’originalité encore une fois pour nous loger… Nous habitons donc cette fois-ci dans un bus aménagé. Pas à se plaindre, c’est très confortable et on a un frigo ce qui signifie fini les pâtes, les boites de conserve et l’eau chaude! Du frais, du frais, du frais! Du coup, Thomas reprend du poil de la bête et ce n’est pas plus mal parce qu’il était descendu à 65 kilos tout de même! Et moi, me direz-vous, malheureusement, je ne bouge pas. Pourtant on en fait du sport au Resort, notamment le matin au petit dej’ ou il faut courir pour débarrasser les tables et satisfaire les quelques 450 guests! Et puis il faut dire que nous profitons de certains avantages en nature: ‘‘ticket resto’’, reste des gâteaux du buffet tous les soirs, quelques bières par ci par la après le service…
Comme nous sommes devenus indispensables au bon fonctionnement du bar, nos contrats ont été prolonges jusque début janvier mais nous entrons bel et bien dans la saison humide et le rythme ralentit considérablement. Nous passons de 50 heures de boulot par semaine a environ 35. Nous avons donc enfin trouve le temps de faire une petite excursion touristique au Crocodile Park de la ville. Impressionnant! Enfin nous avions déjà eu un petit aperçu de l’énormité de ces bestioles quelques jours auparavant puisque la plage était fermée en raison de la présence de crocodiles dans les parages. Mais bon pas d’inquiétude (no worries comme ils disent ici), tout est très surveillé et de toute façon la baignade sera bientôt interdite puisqu’arrivent les méduses dans quelques semaines. Allez on continue dans le ‘‘pas très rassurant’’… La période des cyclones approche également alors nous avons eu nos premiers cours d’information. Le bon point dans tout ça c’est que nos gentils managers nous accueillent en cas de cyclone puisqu’effectivement notre bus n’est pas vraiment aux normes.
Niveau entourage, encore une fois on est gâté! Aucun autre français au Bar mais des jeunes de tous les horizons: Colombie, Pérou, Brésil, Argentine, Philippines, Vietnam, Irlande et Australie (oui quand même). Alors ça parle anglais et ça progresse un peu, je crois. Mous continuons également à travailler chacun de notre cote. Thomas pour le menuisier qui est également le propriétaire du bus et moi comme jardinière.
Et pour finir une petite anecdote: nous approchons du Mango Festival de Broome. Pour l’occasion les meilleurs bartenders de Broome s’affrontent en réalisant un cocktail à base de mangue et de vodka. Le Cable Beach Club a donc organisé sa petite compétition interne pour choisir son représentant. Alors bien-entendu je me suis présentée et avec Thomas nous avons mis au point ce délicieux breuvage au nom de Mango to Hell qui nous a valu la 2eme place. Voici la recette:
-30 ml de vodka
-15 ml d’Absolut Vanilla
-3/4 de mangue fraiche
-4 tours de moulin à poivre noir
-1 pincée de poudre de piment
-1 pincée de cannelle
-1 cuillère à soupe de sucre
- 3 verres à eau de glaçons
 
Mixer le tout au blender et verser dans un verre Poco Grande au 4/5eme.
Puis ajouter au sommet environ 60 ml de cidre brut et saupoudrer légèrement de cannelle.
Ce cocktail doit être frais, pas trop sucré mais épicé; chacune des saveurs doivent être perçues, sans se faire la guerre. La mangue, le cidre et les épices vous feront voyager entre l’Asie et l’Océanie.
Enjoy it et à bientôt.
 
Le Kimberley, sur la route de Broome...
 
 
la region du baobab... on est petit.
 
 
 
 
 
Cable Beach en face du boulot.
 
 
Constance, c'est comme Carla, ca commence par un C.
ou
comment trouve-t-on le Canard Enchaine sur une aire de repos...
 
 
  
Notre nouveau logement...
 
 
Un bus!
 
 
Evolution capilaire... Hommage a maitre Manu.
 
Trop chaud, trop humide, un boulot qui demande de la tenue...
sorry maitre manu. Y en a un qui doit etre content!
 
Vive la tole, vive la tole, c'est tres tres tres bien...
(chanson australienne de noel)
 
Roebuck Bay.
 
vive la tole, vive la tole...(suite)
 
-Ca sent pas bon ici!
-Quooa?
 
 
Malcom Douglas Crocodile Park de Broome.
 
 
 
Sunset, vu du restaurant du meme nom ou l'on travaille.
 
Sur la terasse du Sunset Bar Restaurant, un jour de day-off.
 
...un peu plus tard.
 
 
Elle ne le sait pas encore, mais ce cocktail va remporter
la deuxieme place du concours interne du Cable Beach Resort.
 
The Mango to Hell; the famous one...
 
Hung, from Vietnam.
Constance from France.
 
A bientot.
Constance et Thomas.


Rendez vous dimanche...

Publié par consthom
08:00, 23/10/2010 .. 6 commentaires .. Lien

Voici un lien vers la Web cam de Cable beach, a deux pas de notre boulot.

L image s'actualise toutes les minutes, donc n'hesitez pas a rafraichir votre page Internet regulierement.

www.broomecam.com/images/bc_00001.jpg

Nous nous mettrons devant, demain dimanche, entre 15h30 et 15h45 heure locale. c'est a dire entre 08h30 et 08h45 heure de Paris. on tachera de le faire une autre fois a un autre moment de la journee. on a bien conscience que le dimanche matin n est pas le mieux pour vous tous. mais horaires de boulot oblige!

 

Pour ceux qui veulent nous confirmer qu ils sont devant leur ordi, envoyez un petit texto...

+61 (0)468 640 516

A demain.

 

Thomas et Constance.



/////Broome_map//////////

Publié par consthom
04:30, 1/10/2010 .. 4 commentaires .. Lien


Afficher Australie sur une carte plus grande

 

Nous voici a Broome pour quelques mois. Une accomodation, un boulot pour tous les deux. Nous reprendrons la route vers Sydney apres les fetes de fin d`annee, si tout se passe bien.

Plus de nouvelles prochainement, faute de disque dur grille...

A tres bientot.

Thomas et Constance.



/////En vrac: un hiver en Australie//////////

Publié par consthom
07:58, 11/09/2010 .. 6 commentaires .. Lien
Comme ça fait un petit moment que nous n’avons pas donné de nouvelles, en raison d’une pénurie d’accés à internet (si, si, en Australie!), on va donner dans le rapide et le condensé.
Notre croisière de 3 jours dans les Whitsundays nous a ravi: le beau temps était au rendez-vous, le vent aussi et nous nous sommes régalés de plongées! Impressionnant! Thomas a même nagé avec une tortue… Pas de photo des dessous marins malheureusement, mais celles des plages font déjà rêver. Nos derniers jours sur la côte Est auront été rythmés de ballades en forêts tropicales et de délassements sur les plages de sables fins. Quelques rencontres peu ordinaires ont également surgis sur le bord de la route… varans, ornithorynques, termites, baleines, chauve-souris (flying fox) et vaches indiennes sont de la partie et ne manquent pas d’attirer notre attention, de vrais gamins!
On prend notre temps mais comme toutes les belles choses ont une fin, nous rejoignons Darwin et la civilisation en une petite semaine.
Sur l’highway nous profitons du calme des steppes australiennes malgré les fréquents passages de quelques road trains longs d’une cinquantaine de mètres (autant dire qu’on les laisse passer)! La solitude a un prix, c’est celui du diesel qui grimpe à vue d’œil: 1, 98 $/l à Cape Crawford, ça fait mal.
Ce sera finalement un passage éclair à Darwin! La chaleur et la fatigue auront eu raison de nous. C’est à Broome, un peu plus au Sud, que nous élisons domicile pour quelques semaines, à la recherche d’un petit job pour renflouer les caisses. La saison des pluies arrive bientôt et nous délogera peut-être pour continuer nos aventures toujours plus à l’Ouest. Pas grand-chose d’autre à rajouter, nous avons célébré il y a 2 jours la fin de nos 6 premiers mois en Australie ou plutôt le début des 6 autres à venir!
On vous laisse en image…
 
 

 

 

 

 

 

 

 

Dédicace à Clément.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce LIEN, vous donne accès à un document confidentiel pour personnes avertis. Il peut choquer une partie de nos lecteurs.

AUCUNE réclamation ne sera prise en compte!

 

 

 

 

 

 

 



Brisbane-Nimbin-Childers

Publié par consthom
00:51, 19/08/2010 .. 1 commentaires .. Lien

Petit détour par les sentiers battus pour aller découvrir l’incontournable ville hippie de l’Australie, Nimbin! Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre en nous nous y rendant; les guides, les forums et les gens croisés n’ont pas le même son de cloche… et dans ces cas là, le mieux, c’est de se faire sa propre opinion. Au premier abord, la rue principale de Nimbin rayonne de couleurs arc-en-ciel, les magasins de plantes médicinales se partagent le trottoir avec ceux de vêtements baba-cool et des petits jeunes trainent les rues dans l’espoir de vous vendre du haschisch. Tout le monde a néanmoins l’air sympathique et une atmosphère particulière nous pousse à aller voir plus loin que le bout de notre nez. En 1973, le festival de musique Aquarius est organisé dans la région de Nimbin et après plusieurs jours de fêtes dans cet endroit paradisiaque où se mêlent forêts tropicales et paysages normands (si si!), certains n’ont pas pu repartir, et on les comprend. Nous resterons nous aussi, mais quelques jours seulement, participer à la ré-ouverture du Bush Theatre, lieu de rencontres phare de Nimbin fermé depuis plusieurs années. Au programme une scène musicale locale, une ambiance conviviale et détendue et des bons petits plats mijotés par Adam et Justine.

 
Mais c’est pas tout ça… il faut travailler aussi. Nous entamons donc notre 3ème semaine à Childers, au Nord de Brisbane, après quelques déceptions supplémentaires dans la recherche d’un boulot d’architecte. Rien dans les grandes villes, rien dans les plus petites, même si tous les australiens ne veulent pas l’admettre, la crise a frappé ici aussi et les postes ne courent pas les rues. En plus, il faut être réaliste, le working-holiday visa n’aide pas à ouvrir des portes puisqu’il est ici synonyme d’emploi à court terme et de laxisme plutôt que d’opportunité.
Alors retour à la case « fruit picking » pour nous permettre de continuer toujours plus au Nord et de profiter des merveilles qu’offrent l’Australie comme les nombreuses îles de la côte est et évidemment la grande barrière de corail.
Nous voilà donc dans un immense camping à 6 kms de Childers où sont réunis les différents backpackers de passage. Il y en a pour tous les goûts: Argentine, Irlande, New Zélande, Estonie, Allemagne et France bien-entendu. Le site est immense et sauvage ce qui nous permet de ne pars se marcher sur les pieds et d’apercevoir des kangourous au réveil (soit environ 5:00 am). Nous partageons tous (une bonne vingtaine) une cuisine extérieure couverte avec salle télé et table de ping-pong. Autant dire que c’est un joyeux foutoir et que la femme de ménage doit en haïr plus d’un tous les matins.
Notre petite routine se remet en marche; debout très tôt le matin et couchés très tôt le soir (à 9:30 pm, il n’y a plus personne!). Au programme pour moi, plantage de pied de tomates de 6:30 am à 3:30 pm avec pour l’instant pas vraiment de jour de repos et des doigts boudinés par la répétition des gestes abrutissants du boulot. Pour Thomas, après 2 semaines de cueillette de tomates, il enchaine sur la cueillette d’ananas de 6:30 am à 2:30 pm. Pour l’instant, ça a l’air pénard pour lui et pour moi aussi puisque je me régale d’ananas pour le goûter.
 
On the road again!
Les promesses de travail à long terme ont été vaines. Nous revoilà sur la route avec pour objectif d’arriver à Darwin (North Territory) et de profiter un peu du nord avant le mois d’octobre puisque la chaleur et l’humidité reprennent le dessus avec l’arrivée du printemps. Mais nous sommes toujours sur la côte Est et nous n’oublions pas d’en profiter également. Après avoir salué les baleines à bosses dans la Hervey Bay, nous nous dirigeons vers les Whitsundays (soyez curieux, une petite recherche google image pour vous faire rêver !) pour un petit cours de plongée ou une ballade en bateau… Puis nous passerons une semaine dans les environs de Cairns pour s’enfoncer dans la jungle de cette région tropicale. Après tout ça nous espérons remonter jusque Darwin et nous faire embarquer en tant que moussaillons sur un bateau de pêche!!!
Le résultat en image et en couleur prochainement!!!


/////Brisbane-Nimbin-Childers//////////

Publié par consthom
08:02, 9/08/2010 .. 3 commentaires .. Lien

Les explications a la prochaine connexion Internet. (qwerty)

Dans le desordre


Afficher
Australie sur une carte plus grande

 

State library of Brisbane

 

Toi aussi, inventes un panneau

 

Recolte de la canne a sucre.

 

 

Visite reguliere en contre bas du camping de Childers.

 

Rugdy: Aussies versus Irish.

 

Brisbane: La City.

 

 

Atelier sushi au camping.

 

 

 

 

Modern Art Museum of Brisbane.

 

 

Brisbane

 

Idem

 

again

 

Au bord de la City

 

Still,

 

Notre vue le matin pret de Brisbane.

 

Tous les soirs.

 

Luxe calme et volupte.

 

...

 

Brisbane.

 

Vers Nimbin.

 

 

 

Notre nouveau meuble.

 

Picking de Pineapple.

 



Some news

Publié par consthom
02:18, 26/07/2010 .. 1 commentaires .. Lien

Quelques nouvelles très rapides. L'accès à Internet étant assez compliqué ici et avec un débit médiocre; nous serons brefs cette fois ci.

Après 10 jours à Brisbane, nous voilà à nouveau sur la route du Nord. Les recherches en archi se sont révélées infructueuses. Nous continuons donc à monter vers Cairns en nous arrêtant à Childers pour travailler quelques temps dans la ceuillette de fruits.

Tout se passe très bien. Les rencontres sont souvent très riches et le pays nous offre des paysages à la hauteur de nos espèrances. Les photos seront pour plus tard.



/////La Croix du Sud//////////

Publié par consthom
03:52, 10/07/2010 .. 3 commentaires .. Lien

Il est vrai que j'avais promis  quelques photos de la croix du Sud. Les événements passant, j'avais oublié. Un commentaire expert de JMP dans le précédant article, nous fait remarquer sur la photo de nuit (que je republie d'ailleurs en premier) la présence de la Croix du Sud qui est en haut à gauche, me rappelle de vous en parler.

Pour les initiés en Astronomie, voici donc un petit texte nous expliquant l'importance de la Croix du Sud dans le ciel de l'hémisphère du même nom, pour trouver le Sud, l'étoile polaire n'étant pas présente, visible que dans l'hémisphère Nord.

La Croix du Sud est utile pour trouver le pôle sud céleste. En l'absence d'une étoile similaire à l'étoile polaire de l'hémisphère nord (α Ursae Minoris) dans l'hémisphère sud (σ Oct est la plus proche du pôle, mais elle est trop peu lumineuse pour être utile), deux des étoiles de la Croix du Sud sont utilisées pour le déterminer : en suivant la ligne formée par Acrux (α) et Gacrux (γ) sur 4,5 fois la distance entre ces deux étoiles, (soit ~25° au Sud de Acrux) on tombe sur un point proche du sud céleste.

D'une autre façon, en traçant la droite entre α du Centaure et α Cir, le point où cette droite (qui se prolonge sur α apus et δ octans) rencontre la droite précédente est le sud céleste.

Source.

 

source

 

 

 

 



/////From Bourke to Brisbane//////////

Publié par consthom
05:24, 9/07/2010 .. Publié dans Outback .. 1 commentaires .. Lien

 
Agrandir le plan

Après ces quelques semaines de travail manuel dans l’Outback australien, il va s’en dire que l’itinéraire vers Brisbane n’est pas des plus directs. Nous prenons notre temps, bien conscients de se rapprocher peu à peu de la densité et du mouvement des villes de la côte Est et de perdre en authenticité.

Le van est fin prêt à reprendre la route, équipé d’un nouveau meuble sur mesure pour notre plus grand confort, et à s’égarer vers des bleds aux noms aborigènes comme Mungindi, Goondiwindi, Mummulgum, dispersés tous les quelques 150 kms. Pour notre retour à la civilisation, nous sommes gâtés, les kangourous sont au rendez-vous à ne plus savoir où donner de la tête. Thomas reste tout de même vigilant; hors de question de heurter de plein fouet un kangourou, ça endommagerait le van…. Pour dormir nous testons les camp areas des National Parks comme le Rummery Park et la Whian whian forest coincée entre deux villages hippies: paysages grandioses, nuits au beau milieu de la nature et de nul part, matins froids et silencieux… L’arrivée sur Brisbane est quant à elle anticipée par la traversées furtives des spots balnéaires de la Gold Coast tel Byron Bay, Surfers Paradise…, nous avons le temps de nous faire à nouveau aux gratte-ciels et à la foule. 
Et finalement, la bonne surprise après quelques heures de déambulations, Brisbane, implantée dans le méandre de la rivière du même nom, cède volontiers la place aux piétons et offre de chouettes ballades le long de l’eau, et même au dessus. La ville est bien moins dense que Sydney, les centres culturelles semblent plus présents et accessibles… Bref on s’y verrait bien vivre un moment alors nous revoilà sur internet à envoyer un maximum de cv aux agences d’archi, attendant que le poisson morde.
 
Le meuble made by ourselves.
 
Elevage d'émus, l'autruche australienne.
 
Changement d'état, après 4 mois dans le NSW.
 
Outback surfing...
 
Un kangourou...vivant !
 
Papa (JMP), tu serais impressionné de la pureté des ciels étoilés.
 
Chargement du blé à la gare de Bungunya.
 
*
Ferme de moutons, abandonnée.
 
Une femme d'intérieur...
 
Bayron bay.
 
Rummery National Park...
 
...et un de ses habitants: le kookaburra.
 
La forêt tropicale vue du dessus.
 
 
Whian Whian forest.
 
La gold cost et Surfers Paradise (les buildings du fond)


/////From Bourke to Brisbane: VIDEO//////////

Publié par consthom
05:27, 7/07/2010 .. Publié dans Outback .. 4 commentaires .. Lien

En attendant un article et quelques photos voici une petite vidéo faite sur un coin de table.

J'ai réglé le problème du son. Youtube nous le coupe quand on utilise une bande son avec copyright, même pour une utilisation personnelle... Ce sera désormais VIMEO notre hébergeur de Vidéo.

Vous pouvez revoir la Vidéo du train avec le son...CLIQUEZ ICI.

 

 



/////Happy birthday dear Queen!//////////

Publié par consthom
05:34, 18/06/2010 .. Publié dans Outback .. 5 commentaires .. Lien

En Australie pour célébrer comme il se doit l’anniversaire de la reine, le peuple est en congé, ce qui signifiait pour nous un long week-end de 3 jours juste au moment du coup d’envoi de la World Cup!! Autant vous dire que cette pause ne fut pas de tout repos.

5:30 am samedi, réveil aux aurores pour suivre Jodie, une collègue de boulot, et ses enfants à la chasse au sanglier dans une exploitation de 160 000 hectares gérée par son mari. Lucky we are, à peine arrivés, les chiens repèrent l’animal et se lancent à toute allure à sa poursuite… Impressionnants et efficaces, ils immobilisent la bête en quelques minutes et laissent  leur maître achever le gibier proprement, un coup de couteau dans le cœur. Poursuite de l’aventure dans un safari australien qui je pense restera longtemps dans nos mémoires: levé de soleil sur l’Outback, kangourous à gogo, course poursuite avec les sangliers et câlins canins à l’arrière de la « yout » (petit surnom des 4x4 pick-up)… Et pour boucler cette splendide matinée, haute en couleurs et en émerveillements, petit tour en quad au milieu des kangourous et des « émus » (autruche australienne).
Retour aux sources pour l’après-midi, au programme design d’un nouveau meuble de rangement pour le van. Déjà il faut se mettre d’accord sur nos envies et nos idées, ensuite esquisser quelques croquis pour mieux visualiser le projet et enfin réaliser les dessins techniques pour résoudre les détails de construction. Pour la mise en œuvre, nous avons la chance de compter parmi nos collègues une charmante Berlinoise dont le colocataire est charpentier, y a plus qu’à comme dirait l’autre… Le résultat en image dans une quinzaine de jours si je ne m’abuse.
On commence à être un peu fatigué, alors pour la soirée on fait soft, quelques verres au coin du poêle chez Mélanie (notre amie allemande) autour d’une carte vietnamienne. En effet, qui mieux que nous pourrait la conseiller pour une petite virée au Vietnam… Il est vrai que nous ne sommes pas complètement impartiales, le Nord est évidemment milles fois plus beau que le Sud!!!
Petite grasse matinée pour les deux français… 10:30 am nous voilà déjà debout, saleté d’horloge biologique! On en profite pour faire quelques lessives et passons l’après-midi avec Anthony et Kay, ce qui nous confirme la sympathie de ce couple from the Isle of Man. Pas le temps de se reposer, nous avons rendez-vous avec notre patron. Comme d’habitude nous sommes reçus comme des rois: thé et gâteau à l’orange (made by myself), apéritif, dîner, match Algérie vs Slovénie, dessert, Ghana vs Serbie, 2 heures de sommeil et enfin Germany vs Australia avec thé au lait et tartine de vegemite à 4:30 am!!! Ouhaa, une belle raclée 4-O. Comme Thomas dit, les Australiens feraient mieux de changer de ballon et de jouer avec les mains!
Quelques 3 heures et demie plus tard, nous sommes en route pour le parc national de Gundabooka au volant d’une yout prêtée par Daniel (notre génialissime patron). Encore une fois, difficile de se rendre compte de la réelle beauté des paysages australiens avant de les avoir admirer. Nous revenons épuiser de cette ballade et de ce délicieux barbecue et nous effondrons devant un mauvais film américain (Shangaï noon avec Owen Wilson et Jackie Chan…).
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



/////Sticky fingers//////////

Publié par consthom
05:25, 18/06/2010 .. Publié dans Outback .. 2 commentaires .. Lien

On arrive doucement à la fin de notre 4ème semaine au sein de la North Bourke Packers et je ne crois pas en rajouter en affirmant que nous sommes devenus des vrais pros du packing!

Debout 6:00 am pour un bon petit déj’ histoire de tenir la matinée. 6:50 am, nous arrivons au shed (l’usine) situé à 5 minutes en van de la maison, enfin du train. 7:00 am nous débutons la journée en montant une tonne de boîtes et en les empilant à côté de la zone de « package » en attendant le lancement des machines. Quelques minutes plus tard, nous sommes tous à notre poste prêt à attaquer jusqu’au « smoko » ou au « morning tea », c’est-à-dire la première pause de la journée à 9:00 am. On peut décrire le cheminement de l’orange en 7 étapes principales:

1/ d’abord il est indispensable d’aller les cueillir ces oranges!! Alors ce n’est pas nous qui nous y collons, mais de temps en temps les machines tombent en panne donc nous nous transformons en cueilleurs pour nous occuper ou nous filons un petit coup de main après les jours de pluie qui ralentissent les cueillettes,
2/ retour à l’usine, il faut nettoyer les oranges et éliminer celles qui ne seront pas vendues parce que trop abîmées, difformes, vertes, jaunes, noires… ensuite la machine les trie une première fois, en deux groupes, selon leurs tailles (celles au dessus et celles en dessous du n°72 si vous voulez tout savoir!) > Mélanie + Catherine,
3/ les « bins » dans lesquelles sont stockées les oranges nettoyées sont emmenées jusqu’à la deuxième machine > Anthony sur son « forklift »,
4/ les oranges sont recouvertes de wax par la machine (d’où les sticky fingers, les doigts collants, et le petit clin d’œil aux Rolling Stones) avant d’être triées à nouveau par des petites mains, cette fois-ci, en 3 catégories: les 1st grade, les plus belles qui seront donc vendues plus chères, les 2nd grade, un peu plus abîmées et donc vendues en vrac et les « rubbish », celles qui n’ont pas encore été rejetés mais qui ne sont pas assez belles et serviront donc pour des confitures ou des jus de fruits > Emily + Kay,
5/ la machine trie ensuite une deuxième fois les oranges selon leurs tailles, mais un peu plus précisément, des undersizes (les plus petites) aux oversizes (les plus grosses) en passant par les n°113, 100, 88, 80, 72, 64, 56, 48. Ainsi les 1st grade arrivent par paquet d’environ 14 à 15 kilos dans une goulotte prêtes à être déversées dans les boîtes que nous avions passé le début de la matinée à faire > Jodie + Judy + Constance,
6/ les 2nd grade sont également triées par taille et directement dirigées de l’autre côté de la machine vers de grandes boîtes octogonales en cartons posées sur des palettes, > Chung + Thomas, qui doivent en même temps assurer la réception des boîtes pleines d’oranges et les empiler, par taille d’orange, sur des palettes et aussi vérifier qu’il ne manque ni de petites boîtes ni de boîtes octogonales aux différents postes…
7/ les palettes sont ensuite acheminées vers les chambres froides et seront ensuite chargées dans les road trains qui les emmène jusqu’aux différents points de ventes > Matthew.
La première pause de la matinée, nous laisse 15 minutes de répit avant de réattaquer jusqu’au lunch à midi. Une demi-heure plus tard, nous sommes à nouveau au boulot jusqu’à la pause de l’après-midi à 2:00 pm puis nous renchainons jusqu’au nettoyage de fin de journée de 3:30 à 4:00 pm. Pour nous rendre le travail un peu moins rébarbatif, Judy, notre supervisor, nous change de postes de temps en temps… mais ça reste un sacré travail à la chaine!!
En ce moment nous avons quelques heures sup’ jusqu’au couché du soleil, nous nous improvisons ouvriers dans l’irrigation. Les champs de cotons sont récoltés et se préparent doucement à une nouvelle saison.
 
Comme prévu la saison s’arrête très bientôt, plus qu’une dizaine de jours avant un nouveau départ et un retour progressif à la civilisation. Content donc de nous remettre bientôt en route mais on doit tout de même avouer qu’on s’attache… aux gens, locaux comme backpackers, et aux lieux. Contrairement à notre ballade en moto il y a 2 ans, en Australie nous prenons le temps de nous poser afin de pouvoir travailler et nous nous constituons un petit réseau social pour occuper nos soirées et nos week-ends. Et bizarrement les personnes sont vraiment tous très très sympas alors oui, on appréhende un peu la farewell party!!

 

 

 

Le sac indispensable pour cueillir les oranges...

 

On fait des boîtes, des petites boîtes, encore des petites boîtes!

 

 

North Bourke Packers.

 

 

 

 

 

Break sous le soleil évidemment.

 

 

Le triage des 1st et 2nd grade.

 

 

 

 

Le packing des 1st grade.

Les 2nd grade dans leurs octa.

 

Voilà pour l'interlude culturel... A bientôt.

 

 

 

 



/////Le train//////////

Publié par consthom
05:37, 8/06/2010 .. Publié dans Outback .. 3 commentaires .. Lien

 

 

 

 



/////Bourke, à prononcer « beurk! »//////////

Publié par consthom
05:37, 1/06/2010 .. Publié dans Outback .. 6 commentaires .. Lien

Les boulots faciles pour les filles, comme on les appelle à Hillston, se faisant de plus en plus rares et le mauvais temps menaçant, ce qui signifie congé forcé les jours de pluie, nous avons quitté Hillston samedi dernier. Si il est vrai qu’on sait ce que l’on perd (la french team…) mais jamais ce que l’on peut retrouver quand on bouge… nous avions, il me semble, eu raison de prendre le risque.

Du bush à l’outback, de la terre rouge à perte de vue, des eucalyptus comme seul relief, des lignes de bitumes droites et des panneaux de signalisation jaunes… On n’a malheureusement toujours pas saisi la réelle différence mais nous avons belle et bien franchi la « gateway of the real outback » avec les cowboys en prime. On en a profité pour tester notre douche solaire, en trichant un peu pour l’eau chaude puisqu’il ne faisait pas si beau que ça… Il faut reconnaître que même si on n’est pas encore tout à fait au point pour l’installation, c’est presque comme à la maison! On met un bon point pour la douche solaire, on aime la douche solaire quand on ne s’est pas lavé depuis 2 jours!
Quelques 500 kilomètres au nord plus loin, nous voici à Bourke. A première vue, la ville est bien plus grande que celle que nous venons de laisser derrière nous, mais bien moins charmante. Nous avons d’abord quelques obligations: les déclarations d’impôts français à régler, le renouvellement de l’assurance du van avant de nous aventurer dans d’autres états australiens (nous sommes toujours dans le New South Wales) et évidemment quelques mails rapides pour rassurer la famille! Et avec peu d’enthousiasme nous nous mettons à la recherche d’un petit job dans le coin… Pas très motivés parce que nous avons vraiment hâte de rejoindre la côte est, ses plages, son soleil et la famous barrière de corail!
Une demi-heure plus tard, nous voilà tout deux embauchés. Un porte à porte rapide de ferme en usine nous propulse ouvriers dans l’orange. Au programme: triage et package de 9 à 10 heures par jour, 6 jours sur 7! Too easy!!!!! And too lucky. La saison des agrumes se termine incessamment sous peu et les patrons (Daniel et Sam, des américains « devenus australiens pour 30 dollars », le prix pour devenir citoyen ici) ont besoin de renfort pour la dernière ligne droite. Comme il a pas mal plu au début de la semaine, la partie « packing » est un peu ralenti alors nous ne travaillons pas ce samedi et devront sûrement participer au « picking » lundi et mardi, en espérant qu’il fasse à nouveau beau. Sinon l’équipe se compose essentiellement de backpackers anglophones from Vancouver Island, the Isle of Man (clin d’œil aux motards!) and Australia alors autant dire qu’on est bien dans le bain… et qu’on a souvent du mal à suivre!
Et dans la foulée, côté logement, on est gâté, ils nous proposent de l’originalité! Notre nouveau chez nous est un ancien wagon, autant dire qu’on est complètement fan! On pourrait comparer ça, pour nos amis architectes, au célèbre concept du container. Pas besoin de blabla, pour les détails, il y a les photos!
 
 
Notre maison à Hillston.
 
Spécialement pour Ju. Tu voulais qu'on t'envoie notre première photo de Kangourou... Malheureusement sur le bord de la route, ils sont plus morts que vivants. Pour les voir sauter, il faut sortir l'appareil très tôt le matin.
 
 
 
 
Les fameux Road Trains...
 
 
 
Enfin au volant...
 
 
 
 
 
Douche improvisée.
 
 
 
 
 
Réveil en plein Outback.
 
 
 
Art aborigène de Rest Area...
 
Notre logement à Bourke. Un wagon de train.
 
 
 
Cuisine- salle à manger.
 
La chambre... Depuis on a rapproché les lits.
 
 
A suivre...


/////Il prunes, elle picks//////////

Publié par consthom
04:54, 12/05/2010 .. Publié dans Outback .. 5 commentaires .. Lien

Difficile le réveil aux aurores (4:30 am), mais il faut ce qu’il faut pour avoir du travail à Hillston. Nous sommes frais et dispos pile à l’heure pour rencontrer le « contractor » Bruce Richards devant la boulangerie de la rue principale. Pour décrocher un « harvest labour » tout passe par lui ici. Nous nous présentons donc avec un autre couple de français backpackers, Quentin et Virginie, grâce à qui nous avions eu l’info pour le rendez-vous. Pas des masses de boulot en ce moment puisque les fermiers boycottent le prix d‘achat des pumpkins (citrouilles) et n’approvisionnent plus personne. Alors pas vraiment le choix, ce sera un « hard work » pour les mecs et un « easy but boring work » pour les filles! Au programme donc « pruning » d’amandiers d’une petite propriété voisine (seulement 8 000 arbres), c’est-à-dire taillage des branches au centre de l’arbre afin de faire rentrer la lumière pour permettre aux amandes de pousser et aux filles de les cueillir plus facilement, le « picking ». Le tout sous le soleil, jusqu’à 3:30 pm, puis direction le pub pour une bonne bière fraîche bien méritée et on finit la journée au fourneau pour préparer le pique-nique du lendemain et le repas du soir. Et ensuite, ensuite au lit!!! Il doit bien être 9:30 pm!

 
Une semaine nous suffit à nous plier au rythme australien: debout au levé du soleil et couché un peu après lui.
Nous commençons à nous faire à l’ambiance ralentie de cette petite bourgade et à connaître un peu les gens. Nous prenons doucement nos repères et avons même trouvé un nouveau logement. Ce n’est pas que nous en avons (déjà) marre du van mais il faut avouer que les nuits et les petits matins sont frais et que ce n’est pas vraiment pratique de faire à manger dehors, de nuit, tous les jours. Et surtout, ce qui nous a totalement décidés, c’est que le loyer de la colocation est moins cher que celui du camping! Nous déménageons ce dimanche après-midi (09 avril, c’est le mother’s day ici, alors bonne fête les mamans!!) après avoir profité une dernière fois du barbecue du camping. Nos nouveaux colocataires seront un indien, Subjit, et un australien, Jeff, qui eux aussi « prune » des amandiers avec Thomas. Nous nous attendions à un grand métissage culturel dans la population des saisonniers mais finalement ceux sont essentiellement des indiens, venus avec des visas étudiants pour 4 ans, qui alternent le boulot, du lundi au jeudi, et les études à Melbourne, le vendredi et le samedi, puis retournent au pays les poches pleines et avec un diplôme en poche. Il ya pas mal d’asiatiques également, eux aussi sont là uniquement pour se faire de l’argent en quelques mois, ils ne voyagent pas, ils ne visitent pas. Il y a bien évidement quelques locaux qui travaillent là à l’année et qui ont des postes à plus hautes responsabilités. Puis, enfin, les backpackers qui sont en minorité: quelques français et des européens.
Pour l’instant, nous planifions de profiter du calme et du travail que nous offre Hillston pour un bon mois. Puis nous penserons à faire route plus au nord pour découvrir les régions les plus chaudes d’Australie pendant l’hiver, au moment où les températures sont supportables pour le « fruit picking » dans les champs.

 

 

 

 Hillston's Caravan Park

 

Gare de fret (chargement du coton et d'autres produits cultivés ici)

 

 

Lac artificiel de la base de loisir de Hillston...asséché !

 

 

 

Tous les matins, direction le verger...

 

 

 

 

Verger d'amandiers.

 

Pause casse croûte.

 

Prunning: élagage.

 

 

 

Rampe d'irrigation jusqu'à l'horizon.

 

Le fameux Bush Australien.

 

 

 

 

 

Même plus peur !!!

 

 

Même plus mal !!!

 

Même plus propre !!!

 

La suite, la prochaine fois...



/////From Sydney to Hillston//////////

Publié par consthom
05:28, 11/05/2010 .. Publié dans Outback .. 0 commentaires .. Lien

Nous prenons la route à nouveau mais sur 4 roues désormais, à bord de notre van Mitsubishi Express. Infidélité à la Minsk diront certains, quoiqu’il en soit nous voilà backpackers en Australie. Objectif du périple, contempler un maximum de beaux paysages, rencontrer les habitants au fin fond du bush rouge, surfer les vagues indomptables de la côte Ouest et au passage améliorer un peu notre anglais… enfin notre australien! Nous avons choisi de rester dans le New South Wales (état du Sud-Est de l’Australie) pour notre premier « fruit picking » plutôt que de suivre la migration vers le Nord (et le soleil) des autres voyageurs. Et oui, laissez nous vous rappeler que nous sommes en automne et que contrairement à ce que tout le monde pense, en hiver, il ne fait pas si chaud que ça… Quelques températures à l’appui: en Juillet, il fera max 16° à Sydney pour un min de 8°, à Melbourne de 13° à 6°, à Brisbane (plus au Nord) nous oscillerons entre 20° et 9° alors nous irons passer l’hiver du côté de Darwin où nous profiterons de températures de 30° à 20°… Voilà pour l’interlude météo! Direction donc, Hillston à environ 650 km au Nord-Ouest de Sydney. Nous nous accordons une petite escale touristique par les mythiques Blue Mountains et une randonnée rapide (photos!!) puis nous nous enfonçons rapidement dans l’Outback à l’affut du moindre Kangourou. Thomas a eu le temps de s’habituer à la conduite à gauche à Sydney, il gère ça comme un vrai pro. Premiers campements, premières popotes et premiers dodos… ça manque encore un peu d’organisation mais le lit est confortable malgré les nuits fraîches. Ça y est nous voilà bien en route et ça y est notre premier kangourou… mort, écrasé au beau milieu des 2 voies! On nous avait prévenus.

Quelques kilomètres, bleds paumés et criquets écrasés plus tard nous arrivons à Hillston dont nous faisons le tour en presque 5 minutes. Il nous faudra ensuite un quart d’heure pour apprendre où avoir du travail: rendez-vous lundi matin 6:00 am devant la bakery! Affaire à suivre…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Blue Mountains.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


/////Départ de Sydney//////////

Publié par consthom
04:02, 27/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 1 commentaires .. Lien

Demain, départ vers Hillston... début d'une nouvelle page australienne qui s'ouvre. La suite prohainement.

 


Afficher Australie sur une carte plus grande



/////Travailler dans la construction en Australie//////////

Publié par consthom
04:27, 17/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 4 commentaires .. Lien
Travailler dans la construction en Australie.
 
Le working-holiday visa donne la possibilité pendant un séjour d’un an en Australie de travailler et donc d’alterner découverte du pays et financement de son voyage. Il va sans dire que de travailler permet aussi de s’immerger un peu plus en profondeur dans la vie du pays bien plus qu’en étend un simple voyageur.
Un des domaines qui recrute le plus de backpakers est le milieu de la construction. Pour ceux qui n’ont pas peur du travail manuel, être « labourer », manouvrier en anglais, est surement le moyen le plus simple d’y trouver du travail. La main d’œuvre de base est fort demandée ici.
 
Passage par l’inévitable paperasse administrative! Tout comme pour travailler dans un bar, il vous faudra passer par une formation d’une journée à la sensibilisation du service d’alcool et ses conséquences (le RSA), il est obligatoire, pour travailler dans la construction d’obtenir sa « Construction Induction », sorte de formation sur les risques et la sécurité sur les chantiers, pour ainsi acquérir la fameuse « White Card » que chaque employeur vous demandera pour signer un contrat.
Voici un lien parmi tant d’autres pour s’inscrire à une des nombreuses compagnies proposant ce service : White Card
 
La journée se passe devant un instructeur qui vous passe des diapositives toute la journée. Après 6 heures de prises de notes et de concentration pour essayer de bien comprendre un Australien à l’accent souvent « strong », il vous fait passer un petit examen qui est pour ainsi dire donné. Vous repartez un diplôme en main, en attendant la White Card qui arrivera environ un mois après. Quoiqu’il en soit, dès le lendemain vous pourrez travailler sur un chantier en toute légalité.
 
Pour ce qui est du travail, il suffit d’un peu d’huile de coude et de bon sens manuel. Pour l’anecdote, ça fait toujours bien rigoler les ouvriers de voir un architecte revenir aux sources, mais peut être cela les rassurent-t-ils de savoir que je connais le métier mais peut être aussi que j’ai été formé à la bonne école en matière de travail manuel avec un père agriculteur. Quoiqu’il en soit je me sens bien à l’aise pour le moment dans cette situation, surtout dans les cadres de travail des alentours de Sydney.
 
Arrivé sur le chantier, je suis plutôt content du cadre.
 
C'est parti...
 
Dépose d'un garde corp en verre et arasement d'un muret.
 
Evacuation des gravat et nettoyage.
 
En fin de journée, une baignade pour se délasser s'impose...
 
Aute chantier, au abord d'une crique. Nord Sydney.
 
 
 
Un dernier chantier à Manly avant un départ un peu plus au nord...
 
La suite au prochain épisode.
 
Thomas


/////Paddington//////////

Publié par consthom
04:46, 10/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 1 commentaires .. Lien

En attente d'un texte par Constance...

 

A la demande générale (de Thomas…), un petit article sur le quartier de Paddington, coincé entre Kings Cross, réputé pour ses bars gays et ses clubs de strip-tease, Bondi Beach, le quartier le moins australien de Sydney puisqu’il s’y accumule backpackers et amateurs de belle vague et le Centennial Park.

Découvert un peu par hasard, derrière la fameuse Oxford street super branchouille (cafés et boutiques à la mode!), ce quartier nous plonge dans un autre temps, à l’époque Victorienne du Royaume-Uni, puisque vous n’êtes pas sans savoir que l’Australie est sous la couronne de la reine Elisabeth II.
Pour faire vite et simple, cette période marque l’apogée de la révolution industrielle britannique et se traduit en architecture par l’apparition d’une nouvelle typologie d’habitation dans de nouveaux quartiers pour loger les ouvriers (un peu comme les corons par chez nous!!!). De petites maisons mitoyennes en r+1, légèrement en retrait par rapport à l’alignement de la rue pour mettre en scène une court anglaise ou une galerie devant l’entrée et un balcon en dentelle de fonte à l’étage.
Désertées après la 2ème Guerre Mondiale en raison d’un exode important vers les banlieues, ces maisons appelées « terrace » trouveront une seconde vie vers les années 60. En effet un regain d’intérêt pour le style Victorien a permis la restauration de plusieurs quartiers ouvriers et il est maintenant du dernier chic d’y vivre (et cela coûte aussi une petite fortune…)!!
Certains parlent d’une ressemblance avec le French Quarter de la Nouvelle-Orléans (il paraît, je n’ai pas encore eu la chance d’y aller), c’est peut-être pour ça qu’on s’y sent bien…
 
Je vous laisse constater par vous-même… A bientôt. Constance.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt.



/////Un Van pour bouger/////

Publié par consthom
04:43, 7/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 12 commentaires .. Lien

Après un mois à Sydney , trouver un job dans une agence d'architecture s'est avèré difficile. L'envoie d'une centaine de mails, les appels téléphoniques pour aller chercher des réponses qui sont quasiment toutes négatives, quand ce n'est pas pour nous dire qu'on nous rapellera, ne donnent rien... Ajouttons que sans nous décourager, nous avons pendant 4 jours, fait le tour d'agences qui nous plaisaient plus, en déposant directement nos CV ,et tant qu'à faire, en montrant nos book. Rien à faire. Aujourd'hui nous changeons de stratégie. Je cherche du travail dans les chantiers et Constance dans les restaurants, avant de prendre le large et de changer de ville à la recherche des agences qui nous donneront notre chance. Et si nous devons bouger, autant profiter un peu du pays, plutôt que de s'enfermer dans les villes: Nous avons décidé d'acheter un Van et de prendre la route comme nous savons si bien le faire. Au programme, plusieurs choix s'offre à nous: Soit remonter au Nord vers Brisbane où nous savons que Alexianne et Thibault y ont travaillé, soit vers le sud à Melbourne, ville qu'on nous conseille souvent pour son style de vie, son activité culturelle... Ce qui est sûr, c'est que nous aurons surement plus de chance de pouvoir enfin travailler en architecture. Affaire à suivre!

 

 

 

 

 

      

 

 



/////Les tours AURORA de Renzo Piano//////////

Publié par consthom
04:16, 4/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 0 commentaires .. Lien

Malgré la critique de l’architecture des tours de la City, qui introduira ci après l’article sur les tours Aurora de Piano, la ville reste sûrement une des plus belle du monde proposant cet juxtaposition de différents styles architecturaux (le georgien, le victorien, le néo-baroque, l’Art nouveau, l’Art déco, le style international « post-Bauhaus » …), survivant à des projets urbains audacieux, comme l’autoroute qui court en hauteur devant Circular Quay, les barres de logement tout près de l’Opéra, l’énorme centre commercial-parc thématique de Darling Harbour, au cœur de la ville, ou bien le monorail qui circule à hauteur du 1er étage à travers la City.

Mais ce qui fait le charme de la ville est assurément son rapport omniprésent avec l’Océan pacifique (pour ses quartiers Nord-Est, comme Manly et Est comme Bondi), mais surtout son rapport avec la Baie (The Harbour) baptisé Port Jackson qui s’étend de l’embouchure de la rivière Parramatta dans les terres, jusqu’aux pointes North & South Head qui ferment la Baie, la protégeant de l’océan.
 
Les tours de la City et Les tours Aurora de Renzo Piano.
A priori l’architecture moderne de la City n’a pas la qualité de celle de Melbourne ayant eu son âge d’or avant que Sydney ne repasse devant et tente de se lancer dans des projets plus audacieux : Postmoderne, comme The Chifley Tower, ou postindustriel, comme le Capita Centre. Mais les dernières réalisations comme les tours jumelles Governor Macquerie-Governor Phillip, les plus hautes de la City, sont particulièrement inélégantes. Après les tours de bureaux en béton et en verre, la City se couvre de tours d’appartements de 40 à 50 étages, pseudo art déco ou post-Bofill. Il a fallu l’édification de Aurora, l’éco-building de Renzo Piano, pour revoir une architecture contemporaine de qualité.
Source : guide Evasion Australie (ed Hachette)
 
 
 Un article en lien sur AURORA écrit par Rosy Strati.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A bienôt.
Thomas.


/////La CITY//////////

Publié par consthom
04:27, 2/04/2010 .. Publié dans Sydney .. 0 commentaires .. Lien

Bon, ça tout le monde connait...

 

Harbour Bridge.

 

The Rock District.

 

Héritage anglais.

 

Ruelle, the Rock District.

 

La city vu de circular quay.

 

...

 

 

La city

 

 

 

 

 

 

 

 

Une architecte vivant l'architecture...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrée du métro au bout d'Hyde Park

 

 

 

 

 

 

Maison victorienne coincée entre deux immeubles.

 

Rez de Ch: commerce, 1er,2eme: garage, 3eme,4eme: appartements.

 



/////Piqure de rappel: TOUR TET 2010//////////

Publié par consthom
03:59, 28/03/2010 .. Publié dans Vietnam .. 3 commentaires .. Lien

TET TOUR 2010 , filmé et monté par Fabrice Turri

Pour lire les articles et voir les photos associés, allez dans la  rubrique VIETNAM



/////Bondi & Co...//////////

Publié par consthom
04:49, 27/03/2010 .. Publié dans Sydney .. 3 commentaires .. Lien

  

Local drinks

 

Bondi Road.

 

 

 

 

 

 

 

 

   



/////On s'y fait vite...//////////

Publié par consthom
04:26, 20/03/2010 .. Publié dans Sydney .. 5 commentaires .. Lien

Salut tout le monde,

 
Après avoir trouvé un logement et s'être tranquillement installé, nous nous sommes très vite mis à la recherche d'un boulot. 2 jours à envoyer des mails, à finir nos books, à les faire imprimer, et nous voilà  à faire du porte à porte, d'agence en agence. Entre les petites et les beaucoup plus grosses, en cette fin de semaine, nous sommes plutôt optimistes pour la suite. Nous continuons tout de même la liste des prochaines agences où nous déposerons nos CV. Car en effet, ça reste la seule stratégie payante: se montrer entreprenant, se présenter directement, montrer nos books et notre motivation. L'accueil des architectes est très sympathique, il nous reste plus qu'à décrocher le travail qui nous permettra d'être définitivement installés, avant la prochaine aventure...
 
Du coup cette semaine, nous a permis de visiter différents quartiers, de découvrir un peu mieux les transports en commun, les différentes ambiances de la ville: La city (CBD: Center Business District), un genre de Manhattan australien, les quartiers résidentiels de vieilles maisons anglaises de l'époque victorienne (Paddington), et les anciens quartiers industriels rénovés, nous rappelant presque certaines ambiances roubaisiennes. Etant sur notre 31 pour nous présenter sous notre meilleur jour, l’appareil photo en bandoulière est resté à la maison. Mais nous ne manquerons pas de faire des articles sur les différents quartiers de Sydney. Il nous faut aussi en savoir davantage sur leurs histoires, mais on y travaille.
 
Cependant le WE arrivant, c’est à la plage que nous pouvons flâner un peu, et en poussant un peu plus loin sur la côte, une petite ballade bien sympathique sur les rochers s’impose.
 
Tout ça pour dire qu’au final, après une arrivée un peu déboussolante, nous voilà sur les rails, roulant tranquillement vers une année australienne qui s’annonce agréable.
 
On s’y fait vite.
 
Thomas.

 

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt.



/////A 2 minutes de la maison//////////

Publié par consthom
04:26, 14/03/2010 .. Publié dans Sydney .. 0 commentaires .. Lien

Nous voilà installés à Bondi... 2 minutes à pied de la maison, la plage. Ce WE, compétition de surf.

Enjoying the last summer days.

Thomas.

Notre maison. 4 appartements. 4 chambres en colocation par appart.

 

Bondi road, 2/334. pour le courier...

 

competition de surf a Bondi Beach.

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt.



/////just moved in !//////////

Publié par consthom
04:33, 12/03/2010 .. Publié dans Sydney .. 10 commentaires .. Lien

Premières impressions mitigées après 4 jours à déambuler dans Sydney à la recherche d'un appartement! La densité du centre ville avec ses inombrables tours, des banlieux qui s'étalent à perte de vue sur des kilomètres à la ronde, des plages de sable fin (et les surfers qui vont avec!!!!!) et la mer partout! En fait il y en a pour tous les goûts et nous avons donc choisi la plage! Nous voilà donc depuis quelques heures dans notre nouvelle coloc' avec Anglais, Français et Tchèques!

Pour les curieux, quelques photos en attendant les autres:

Constance.

 

 

 

                                                     

 

                          

 

 

 

 

 

A bientôt.



/////Arrivés...//////////

Publié par consthom
04:31, 9/03/2010 .. Publié dans Sydney .. 0 commentaires .. Lien

En attendant plus de nouvelles et quelques photos de Sydney, voici un petit message pour vous dire que notre arrivée ici s'est bien passée.

A bientôt.

Constance et Thomas.



/////Petit transit malaisien//////////

Publié par consthom
04:34, 7/03/2010 .. 0 commentaires .. Lien

Sortie du Vietnam, réussie ! Nous voilà à Kuala Lumpur, en transit. Demain matin, nous humerons la rosée australienne de Sydney.

 

 

métro entre deux terminals

 

patio jungle

 

 

A bientôt, à Sydney.

Thomas.



/////Lucie, les Minsk et le TET//////////

Publié par consthom
05:01, 4/03/2010 .. Publié dans Vietnam .. 4 commentaires .. Lien

A la demande de 6mon: encore quelques photos du Tet et de Lucie, collègue de Constance qui est venue avec nous pour ces dix jours de fête et de ballade moto dans le Nord Vietnam. Merci à toi Lucie d'avoir partagé tout ça avec nous.

Thom

 

             Repas chez Ong Pirate.                          Parking rural de Minsk.

 

Lucie et Hung.                                                                                                                    

 

Le TET, fête familiale et de village.

 

 

A BIENTÔT.

 

  Quelques photos de Valentin Valungtung Beck, un ami qui faisait parti du tour .

 

 

 

 

 

 

 

 



/////Spam news letter//////////

Publié par consthom
10:55, 3/03/2010 .. Publié dans News Letter .. 0 commentaires .. Lien

Les mails que vous envoie la newsletter, apparaissent dans vos spams: les barrières antispams des services mails étant de plus en plus redoutables, les emails groupés sont parfois considérés comme du spam.

Il vous suffit d'aller voir dans votre courrier indésirable, de lire le mail qui vient de consthom@gmail.com, et de l'accepter comme courrier désirable. Tous les autres mails envoyés par la suite par la newsletter apparaîtront désormais dans votre boite de reception

Merci.

Thom.



/////TEST NEWSLETTER//////////

Publié par consthom
05:49, 3/03/2010 .. Publié dans News Letter .. 0 commentaires .. Lien

Test newsletter.

si vous recevez un mail apres la création de cet article, alors c'est que la diffusion de la newsletter marche.

Pas besoin d'aller voir régulièrement le blog pour savoir si il y a du nouveau, un mail automatique vous sera envoyé.

A plus.

Thom



/////C'est parti! Un mois au Vietnam...//////////

Publié par consthom
05:00, 2/03/2010 .. Publié dans Vietnam .. 3 commentaires .. Lien

Hanoi, le 03 mars 2010

Après un mois au Vietnam, nous partons dimanche pour Sydney....

C'est parti pour un an minimum chez les Ozies.

Retour en image sur le Tour TET avec la Compagnie Bourlingue. http://freewheelin-tours.com/

 Thom.

En transit à Canton

Attente de 16h à l'aéroport de Canton, en Chine, pour l'escale.

 

Aeroport de Canton

 

La Minsk

Retrouvaille avec la Minsk.

 

Babe

Paysage du village de Babe.

 

marché Nord Vietnam

 

Marché Nord Vietnam

 

Némo, Ha Giang   Barbecue !

 

Frédo et Thomas.

Notre ami, Frédo, gérant de la Compagnie Bourlingue

 

Etable. Nord Vietnam

 

Mur bamabou terre

 

La philosophie de la Minsk   Jeune femme Mhong

 

Casino Nord Vietnamien

 

La Vievulinh, projet d'éco-resort au bord du lac Tac Ba

 



MON PROJET

Publié par fabworld
00:26, 10/01/2007 .. Lien

  Pour tout voyage au Vietnam : www.pozaotravel.com 

 

" Tout se donne à voir sur le ciel d'un visage "

Le but de ce voyage est de montrer la richesse culturelle des pays traversés notament de  certains pays tels que Le Pakistan, L’Iran, la Syrie, la Lybie.... trop souvent sous les feux des projecteurs et présentés comme des pays béliqueux, obscurs, dangeureux. Montrer, que les habitants de ces pays, en aucun cas responsables des agissements de leurs dirigeants ou de certains de leurs concitoyens, sont d’une grande ouverture d’esprit, profondément respectueux de leur prochain et dont l’hospitalité n’a pas d’égale que celle de vous faire découvrir leur pays et leur culture plus que millénaire. Un voyage à la rencontre des ethnies minoritaires des pays traversés. Vietnam - Chine – Nepal - Inde – Pakistan – Iran – Turquie – Syrie - Jordanie – Egypte – Lybie – Algérie – Maroc – Espagne – France. 

Un voyage est comme un naufrage, et ceux dont le bateau n'a pas coulé ne sauront jamais rien de la mer. La Minsk, n’est en rien une moto avec laquelle on tente ce genre d’aventure. Mais je ne voyage pas pour me garnir d’exotisme et d’anecdotes comme un sapin de Noel, mais pour que la route me plume, me rince, m’essore, me rendre pareil à ces serviettes élimées par les lessives qu'on vous tend avec un éclat de savon dans les bordels. La route doit être, je pense, une école de l’appauvrissement et non de l’enrichissement. C’est pourquoi, la Minsk, moto sans allure, moto de paysan des kolkoses, est la partenaire idéale. Et parce que le voyage se suffit à lui même, la vitesse, la performance n’ont pas lieu d’être.

A PROPOS DE LA MINSK

 C’est une moto biélorusse de 125CC, moteur 2 temps monocylindre, très robuste. Dans le manuel d’instruction il y a écrit : «  Cette motocyclette est paticulièrement appropriée pour les trajets à la campagne sur mauvaise route ou lorsqu’il n’y en a pas ». Moto des campagnes, parfaite pour les terrains accidentés, la Minsk n’est en rien une moto sportive. Elle dépasse rarement les 100 KM/H. De conception très simple, elle est facilement réparable, idéal pour le piètre mécanicien que je suis. Tout ce que l’on a faire  est d'obtenir une étincelle, un souffle d'air et une éclaboussure d'essence ensemble dans le même endroit, et ça marche. La Minsk a été importée au Vietnam non comme un véhicule mais comme une machine agricole. Les Vietnamiens ne l’appellent-ils pas « con trâu già » (le vieux buffle).

La Minsk est très largement répandue dans le monde, j’ai répertorié des clubs Minsk d’Afghanistan en Bolivie en passant par la France jusqu’en Iran ou au Zimbabwe.

 

SPONSOR

Pour mener à bien cette aventure, j’ai besoin de partenaires financiers.

Je pense que ce projet, à caractère culturel, serait suceptible d’intéresser :

Les enseignants. Ce voyage peut s’inscrire dans un programme pédagogique pour des élèves de tout niveau scolaire. Je souhaiterais établir des échanges culturels avec les écoles des villages ethniques visités. Le suivi de mes travaux offrirait une occasion originale aux enseignants d’ouvrir leurs élèves aux cultures du monde, ainsi qu’à l’ internet. Chaque semaine des articles seront publiés sur mon blog de voyage et des vidéos ainsi que des colis seront envoyés aux écoles partenaires.La presse spécialisée voyage ( Géo, Grands Reportages, Ulysse... ) à qui je peux fournir photos, vidéos, articles.Les voyagistes, pour les informations que je peux leur apporter sur les pays, les régions visités.Les associations culturelles des pays traversés ( Sabalan, association culturelle franco-iranienne...)Les entreprises du secteur privé pourraient être intéressées par un soutien de mon projet en nature ou en numéraire en échange d’une bonne visibilité sur mon site.  Les mécènes de tout poil, les rois du pétrole, le Prince Albert II de Monaco, Monseigneur le Comte de Paris,  Monsieur Bill Gates, Madame Mouna Ayoub, les assujettis à l’ I.S.F. ... tous ceux dont l’argent ne fait pas défaut et dont ils ne savent qu’en faire. Les moins riches, les fous, les rêveurs ... et si l’aide financière est d’importance, le soutien humain est inestimable. Je serais très heureux si vous pouviez me faire partager vos expériences sur des projets similaires, vos conseils, vos remarques.

Je vous invite à regarder certaines des vidéos sur le Vietnam et le Laos que j'ai réalisées pour le compte d' agences de voyage :

http://www.youtube.com/profile?user=thefabworld

 

 

 

Même rêve avec un itinéraire et un fil conducteur différents. Hanoi - Lille en Minsk a la découverte de l’habitat à travers le regard des populations pour un jeune couple d'architecte.

http://antresoie.uniterre.com/

 



ETHNIES MONTAGNARDES DU NORD VIETNAM

Publié par fabworld
23:59, 9/01/2007 .. Lien

 

Le Vietnam est une véritable mosaïque ethnique composée de près d’une soixantaine de minorités. La région du Nord, berceau culturel du pays, est le refuge de nombre de ces minorités récemment immigrées du Sud de la Chine. Farouchement attachées à leur liberté et fidèle à leurs modes de vie ancestraux, elles cohabitent paisiblement dans une atmosphère sereine et laborieuse.

Ce n'est pas un recensemment exhaustif des minorités du Nord du Vietnam. Je présente que celles que j'ai pu approcher lors de mes voyages dans cette région. 

 

Je vous invite à aller sur le site de l'agence de voyage vietnamienne pour laquelle j'ai réalisées quelques vidéos sur le Nord du Vietnam :

http://www.asiatica-travel.com/modules.php?name=CMS&op=details&mid=1212



NORD-OUEST

Publié par fabworld
21:54, 8/01/2007 .. Lien

Pour beaucoup de voyageurs le Nord-Ouest du Vietnam est un véritable spectacle. Cette splendide région est le refuge de plusieurs minorités ethniques. Région montagneuse superbe avec ses rizières en terrasse, ces vallées oasis, son activité agricole trépidante et ses fabuleux marchés multi-ethniques étourdissant de couleurs.  Nous irons à la rencontre des H’mong vivant dans les hautes montagnes, des Dzao aux costumes flamboyants, habiles chasseurs, des femmes Lu ornées de bijoux en argent et aux dents laquées mais aussi les élégantes  filles Thaï des vallées sans oublier les Muong. C’est un voyage au coeur d’un patchwork ethnique et culturel dans une région d’une rare beauté.

 

 

LES H'MONG

 

" H'mong bariolé, marché de Bac Ha "

 

Les H’mong se sont installés au Vietnam entre le 18ème et le début du 20ème siècle dans les regions frontalières de haute altitude au relief accidenté. Ce milieu est favorable à l’explotation de bois précieux et à l’élevage. Les terres arables, rares, permettent de cultiver du maïs, du riz, des légumes, du chanvre et du coton. Les H'mong sont capables de transformer des collines entières en rizières irriguées en terrasse au prix d’un travail extraordinaire de courage et d’ingéniosité. Les paysages ainsi créés sont de véritables réussites architecturales et artistiques. Les H’mong sont aussi réputés pour la culture des pommiers, pruniers et pêchers.

L’artisanat familial, en particulier la fabrication du fusil traditionnel, est développé. Autrefois, la culture du pavot était une ressource de revenus importante pour les H’mong.

 

" H'mong noir "

 

La société h’mong se caractérise par une grande solidarité entre les membres d’une même lignée et entre villageois. De tout temps, ils ont manifesté un grand attachement à leur indépendance, à leur identité culturelle, à cette solidarité familiale et clanique. La communauté villageoise établit des conventions qui sont respectées et défendues par ses membres et dont les violations sont sévèrement punies. Le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme ont laissé des traces dans les croyances religieuses des H’mong.

La maison h’mong est rudimentaire : elle est entièrement construite en matériaux d’origine végétale (bois, bambou, chaume) le sol est en terre battue. Il n’y a ni fenêtre, ni cheminée, ni cloison intérieure. L’autel des ancêtres est installé dans la travée centrale ; les deux travées latérales servent de cuisine et de chambre à coucher.

 

           

                                     " H'mong, marché de Can Cau "

 

Les  H'mong se confectionnent leurs vêtements en chanvre qu’ils tissent eux-mêmes et qu’ils teignent en indigo. Ils se distinguent entre eux par la couleur de leurs costumes et leurs coiffures : il y a des H'mong blanc, noir, vert, rouge et bariolé. Les femmes portent  une ample jupe, un plastron sur le dos, un tablier sur le devant recouvrant la jupe, une ceinture en tissu, une chemise aux longues et larges manches, ouverte sur la poitrine, un cache seins. Les femmes h'mongs se parent de grands colliers, bracelets et boucles d’oreilles. Les hommes, parfois coiffés d’un béret arrondi en tissu brodé, portent des pantalons larges, noués à la ceinture, une veste à manches amples.

 

 

LES DZAO OU DAO

 

" Dzao rouge, Sapa "

 

Originaires du Centre de la Chine, ils se sont installés au Vietnam dès le 13ème siècle dans la majorité des provinces montagneuses du Nord et dans certaines provinces du Centre. Les Dao représentent une population d’environ 450 000 habitants.

Selon les sols, ils pratiquent soit la riziculture inondée soit la culture sur brûlis et cultivent des arbres fruitiers et des plantes médicinales.L’élevage est également bien développé. Ils sont habiles chasseurs, bons forgerons, tisserands, menuisiers et d’excellents artisans pour la fabrication de fusils traditionnels de conception originale.

Ils vivent dans des maisons soit bâties à même le sol, soit sur pilotis, soit à moitié sur pilotis, à moitié bâties sur le sol. Le style d’architecture dépend des groupuscules locaux.

 

             

                                       " Dzao noir, Tam Duong "

 

Les Dao se regroupent en petits villages persemés. La monogamie et le patrilocat sont de rigueur. Un rite d’initiation  marque l’accès des jeunes gens à la majorité. La cérémonie se déroule sur trois jours et trois nuits. Elle comporte des rites complexes, successifs où on retrouve associés Taoïsme, Bouddhisme et croyances populaires.

 

" coiffe de Dzao rouge "

 

Les tuniques, les foulards, les jupons, les couvre-seins des femmes Dzao sont peut-être les plus richement décorés. Qu'elles portent des pantalons ou des jupes, les femmes Dzao savent orner leurs vêtements de motifs divers qui représentent les vagues, les feuilles, les fleurs, les animaux, les plantes, les étoiles... Leur coiffe rouge, volumineuse et ornée de pièces de monnaie est impressionnante.

 

LES MUONG

 

             

                                " Muong, marché de Moc Chau "

 

Les Muong est la plus grande des 53 minorités officiellement reconnues, avec une population estimée à 1,2 million de personnes. Ils vivent essentiellement dans la province de Hoa Binh ( près de Mai Chau) où l’on trouve leurs 4 villages ancestraux de Bi, Vang, Thang et Dong. Les Muong parlent la langue Viet - Muong. Ils habitent dans des maisons sur pilotis en bois. Les villages sont établis sur les piémonts ou versants des montagnes.

Ils ont développés des techniques très élaborées de riziculture inondée qu’ils pratiquent dans les vallées. Ils vivent également de la pêche, de la chasse, de la cueillette et de l’artisanat.

 

 

La famille des Muong revêt un caractère très patriarcal : le père décide toutes les affaires importantes. Les Muong font le culte aux ancêtres dans chaque famille, et ont plusieurs génies comme : génie du sol, génie de l’eau … Ils ont une riche littérature populaire qui vise à exprimer leur sentiment, à chasser de mauvais esprits comme les chant cérémoniels.

Les femmes portent encore la jupe fourreau, tissent leur cotonnades à rayures de couleur sur des métiers à pédales et tressent les vanneries les plus fines du pays.

 

LES THAI

 

" Thai blanc, Mai Chau "

 

On dénombre près de un million de Thai au Vietnam. Leur territoire est vaste : Son La, Lai Chau, Thanh Hoa, Nghe An, Yen Bai …Ils vivent dans des maisons sur pilotis en bambou et en bois dans des vallées très fertiles, entourées de claies. Les Thai sont d'excellents tisserands et confectionnent de magnifiques vêtements.
Les Thai se regroupent en villages, comprenant de 30 à 50 familles patriarcales qui est dirigé par un chef du village. L’esprit communautaire est très fort dans chaque village.
Les Thai possèdent leur écriture basée sur le sanscrit. Ils sont très célèbres en danses populaires comme : danse de la cueillette, danse des rameurs…Comme les Viets, ils sont influencés par le Bouddhisme, le Confucianisme et par le Taoïsme.

Malgré les changements multiples au point de vue social et politique, la femme Thai conserve toujours son costume traditionnel. En dépit des restrictions financières, elle épargne pour se procurer de beaux vêtements en soie naturelle, en étoffe de qualité ou en satin... La chemise féminine est en soie d'un jaune doré, d'un bleu- ciel ou d'un rose très clair comme celui des fleurs de pêchers. La jupe de forme cylindrique est plusieurs fois plus large que le corps lui- même. La ceinture en soie épaisse, de 18 à 30 cm de large est teinte de vert clair, ce qui fait un contraste avec le rouge éclatant de ses deux extrémités. Le costume traditionnel de la femme Thai lui donne une apparence attrayante, à la fois svelte et robuste.

 

LES LU

 

" jeunes filles Lu "

 

Les quelques 5000 Lu vivent dansla province de Lai Chau, dans des maisons sur pilotis comme celles des Thai.

Ils sont de très bons riziculteurs et d’habiles tisserands, chaque famille possède une machine à tisser. Les brocarts aux dessins géométriques sont vraiment remarquables.

La famille relève du système patrilinéaire. Ils croient à l’existence des esprits : de la maison, du village, des champs … La littérature folklorique comprend les contes populaires, des proverbes, des poèmes et des récits historiques. Les autres manifestations culturelles sont proches de celles des Thai.

Les femmes portent des hauts noirs avec des broderies colorées et des pièces d’argent. Leur jupe est également de couleur noire avec des motifs brodés de couleurs vives. Elles se coiffent d’un petit bonnet avec des motifs à rayures blanches.

 

        

                                       " femme Lu, Tam Duong "

 

Les femmes se laquent les dents. Les dents sont laquées de noir avec un mélange fait de saké, de limaille de fer, de vinaigre, et d'extraits de plantes. Cela permet de renforcer la dentition et de cacher les traces noirâtres provoquées par la chique du bétel. C’est faire preuve de coquetterie que de se laquer les dents !!!

 



NORD - EST

Publié par fabworld
03:18, 8/01/2007 .. Lien

 

Si le Nord-Ouest éblouit par ses paysages montagneux et ses tribus montagnardes hautes en couleurs, le Nord-Est fascine par ses insolites paysages de pitons calcaires. Cette formation géologique originale et splendide s'étend de Yangshui - Guilin en Chine jusqu'à Cao Bang avant de plonger dans les eaux émeraudes de la baie d'Along. C'est dans ce décor extraordinaire que vivent les Tay, les Nung et les Pathen .

 

LES TAY

 

" femme Tay près de Cao Bang "

 

Il y a à peu près 1.5 million de Tay vivant au Vietnam. C’est le deuxième groupe ethnique le plus important après les Viet. La plupart vivent dans le Nord du pays dans les vallées. Ils habitent les plaines fertiles et sont généralement agriculteurs. Leurs principales cultures sont le riz, le maïs et les patates douces.

Les villages Tay sont installés aux pieds des montagnes et portent le nom de celles-ci, d’un champ ou d’une rivière. Chaque village comprend 15 à 20 familles. La majorité d’entres eux pratique le culte des ancêtres et des esprits. Un autel dédié aux ancêtres trouve sa place au centre de la maison et les invités ainsi que les femmes enceintes ne sont pas autorisés à s’asseoir sur le lit placé devant l’autel.

Les Tay sont apparentés aux Nung et aux Zhuang du Sud de la Chine.

Les femmes Tay portent habituellement des tenues traditionnelles appelées sarong qui descendent jusqu’au genou, fendues sur le côté droit et fermées avec 5 boutons sous l’aisselle. Elle se coiffe généralement d’une foulard blanc. Elle se laque les dents, signe de beauté !

 

LES NUNG

 

           

                            " femme Nung, Xin Man province de Ha Giang "

 

Les quelques 800 000 Nung vivent mêlés aux Tay dans les provinces du Nord – Est. Leur arrivée au Vietnam remonte à plus de 200 ans. Ils se regroupent en hameaux sur le flanc des montagnes où ils vivent dans des maisons bâties à même le sol ou sur pilotis, avec des murs en pisé et les toits couverts des tuiles.

Ils pratiquent la riziculture inondée et dans certains endroits la riziculture sèche sur brûlis. Leur artisanat est très varié : tissage, vannerie, métallurgie, tuile double, gravure sur pierre, encens et papier traditionnel.

Dans le village, l’unité de base est la famille patriarcale. Le système d’entraide est très fort et le Confucianisme exerce de nettes influences sur leur comportement.
Les Nung sont proches des Viet, des Tay et des Thai au niveau du culte des ancêtres, du rituel des fêtes et des cérémonies. En dehors de cela, l’esprit animiste est encore très vivace.
Le patrimoine littéraire et artistique est fameux : les chants alternés Sli parlant de l’amour sont chantés surtout au moment des jours de marchés par les jeunes. La langue Nung appartient au groupe linguistique Tay-Thai. Leur écriture s'appelle Nom Nung et date du XVIIIè siècle. Les fêtes occupent une place importante dans la vie culturelle des villages.
Les femmes et les hommes portent principalement des vêtements de couleur indigo.

 

LES PATHEN

 

          

                           " femme Pathen, province de Ha Giang "

 

Arrivée au Vietnam il y a un peu plus de 200 ans, l'ethnie Pathen ne compte plus qu'environ 4.300 personnes, résidant principalement dans la province de Ha Giang. Ils vivent dans des maison soit sur pilotis, soit construites à même le sol.

Ils cultivent sur brûlis du riz et du maïs et pratiquent des plantations intercalées très soignées. L’artisanat est très développé en particulier la fabrication d’objets du quotidien en bois, en vannerie, en métal mais le tissage reste l’activité essentielle.

Le vêtement des Pathen est original à bien des égards. Les motifs du costume féminin, soit tissées, soit brodés, dans la gamme des rouges, représentent le caractère chinois van, le losange et le chien.

Sans compter le culte des ancêtres, les croyances agricoles primitives constituent l’expression la plus marquante de la vie spirituelle et culturelle des Pathen.

 



AMBIANCE & PAYSAGES DU NORD

Publié par fabworld
03:53, 11/12/2006 .. Lien

Ambiance de marché

Les marchés sont nombreux au Vietnam, en ville, à la campagne, à la montagne ou sur les eaux comme dans le Delta du Mékong. Et comme vous pouvez le lire ci-dessus, il y a plus que des échanges commerciaux sur les marchés. Laissez-moi vous raconter un jour de marché quelque part, ailleurs, dans le Nord.

 

 

Comme chaque semaine, la petite bourgade de Bac Ha se réveille dans une débauche de couleurs et de parfums variés. Le soleil est à peine levé, mais toutes les petites gargotes de la ville ont déjà ouvert leurs portes. Attablés devant des tasses de thé ou des grands bols de "phö" bouillants, tout le monde se retrouve pour un petit déjeuner très matinal. Ce repas est un moment privilégié. On s'échange les informations en provenance des différents villages : les récoltes ici, une naissance ou un décès là-bas, une petite rumeur ou quelques ragots ...
Dans les rues, les étals sont déjà dressés et encombrent toute la ville. Le marché a pris possession de la grand-place, s'est faufilé sur les trottoirs de la rue principale et dégringole le long des escaliers qui, parfois cahin-caha, mènent aux rues adjacentes.
Même si l'on a déjà eu l'occasion de parcourir et d'admirer l'un ou l'autre marché exotique, celui de Bac Ha reste toujours étonnant. Et même étourdissant. Ici, les petits tas de piments côtoient les montagnes de tomates et les amoncellements de gousses d'ail posées à même le sol. Plus loin, les légumes verdoyants débordent de grandes et lourdes mannes en osier que les femmes ont portées sur leurs dos depuis les villages souvent situés à plusieurs heures de marche. Là, le riz avoisine quelques belles pièces de tissu. Un peu à l'écart, alignées sans autre manière sur de grossières planches de bois, des pièces de viande attendent d'être pesées sur de vieilles balances mécaniques et font déjà le régal des mouches qui ont flairé l'aubaine ... Encore vivants, de la volaille caquetante et des canards cancanant ne se doutent toujours pas du sort qui les attend. Là-bas, posés sur des petits morceaux de tissu défraîchis ou sur de vulgaires caisses en carton retournées et servant d'étals, les bananes et les abricots, les oeufs et les morceaux de gibier, les tubercules, ... attendent le bon vouloir des badauds qui ont parfois parcouru de nombreux kilomètres de piste à travers les rizières pour faire leurs achats.

 


Un peu comme un iceberg, le marché de Bac Ha possède aussi une face cachée, classée X, qui échappera certainement à l'oeil des visiteurs extérieurs. Pourtant, elle fait vraiment partie de la tradition et de la vie de ce marché vraiment pas du tout comme les autres ...
Prétextant parfois l'achat d'un peu de victuailles ou de quelques outils, toutes les tribus de la région affluent  à Bac Ha. Dans le but de faire des achats, bien sûr, mais pas seulement. La rencontre, même furtive, avec l'âme soeur, est aussi au programme : place à la cour d'amour !!!

 

Paysages

 

Cette région au relief tourmenté offre des paysages d'une grande beauté. C'est le décor idéal pour de magnifiques ballades et plus encore pour le trekking ou le biking.

 

" village près de Mai Chau "

 

" Sapa"

 

" province de Ha Giang "

 

" environs de Lai Chau "

 

" Dong Khe, région de Cao Bang "

 

 



Qui suis-je ?

Accueil
Qui sommes-nous ?
Archives
Amis
Album photos

Rubriques

LA CARTE de l itineraire
Preparation
SUR LA ROUTE

Derniers articles

TOUTES LES VIDEOS DU VOYAGE
OUZBEKISTAN
RUSSIE
VIETNAM
KAZAKHSTAN

Amis

fabworld
consthom



Menu

antre soie
Simon Amelie en Amerique du Sud
Manu Gaelle en Amerique du sud